Spectacle (mode confiné) : le ballet Fifi Brindacier

#petitsbonheursdeconfinement

Je vous avais dit que je vous partagerais nos petits bonheurs de confinement… alors le premier, je crois que c’est Fifi Brindacier.

Comment présenter Fifi Brindacier à quelqu’un qui ne la connaîtrait pas ? J’ai demandé à mon fils : « Une petite fille, qui s’installe un jour dans une maison. Elle fait la connaissance de deux enfants et devient amie avec eux. Sauf qu’elle a pas de parents, alors elle est pas très bien élevée et elle fait des bêtises, et du coup, ça la rend drôle. »

Moi, en tant que maman, je dirais que Fifi Brindacier, c’est le livre dont mes trois enfant ont été super fans dès qu’ils ont commencé à bien se débrouiller avec la lecture. Comme tout un tas d’enfants partout dans le monde. Parce que Fifi est une star… sauf en France.

Il y a une explication à ça. Je vous la raconterai juste après.

Parce que là, il faut que je commence par vous dire le plus important. Sur le site d’Arte, on peut toujours voir le formidable ballet Fifi Brindacier : avec Fifi qui fait des crêpes (en touillant la pâte avec une brosse), Fifi qui fait le ménage (façon patin à roulettes), Fifi qui va à l’école… et même Fifi qui part en bateau rejoindre l’île de Couricoura. C’est drôle, enjoué, coloré, avec des décors incroyables et plein de détails amusants… Les trois enfants ont été scotchés, de ma miss petit rat de 12 ans qui s’émerveillait de la technique des interprètes à mon loulou de 9 ans qui éclatait de rire en retrouvant ses passages préférés… en même ma grande de presque 15 ans, qui relevait toutes les trouvailles visuelles.

C’est jusqu’au 20 avril et il suffit de cliquer ici (ou sur l’image).

Oui, mais vous me direz peut-être (si vous n’êtes pas déjà partis regarder le ballet) : moi, je ne connais pas Fifi Brindacier, mes enfants non plus… mais c’est qui, cette Fifi ???

C’est un personnage créé par Astrid Lindgren, juste après la fin de la 2nde Guerre Mondiale. Une petite fille impertinente, drôle, qui n’en fait qu’à sa tête et a séduit les enfants dès le premier livre…

En suédois (et en anglais, et en allemand aussi), c’est « Pippi Longues Chaussettes. » Une petite fille dotée d’un sacré franc-parler et d’une force extraordinaire, qui lui permet de soulever (par exemple) son cheval. Son meilleur ami est un singe nommé Mr Nielsen. Sa maman est au ciel et son papa, marin, a échoué sur une île où il est devenu le roi des Cannibales et porte tout le temps une couronne d’or sur la tête.

Une petite fille qui, en plus de sa force, ne manque ni de malice, ni d’imagination…

En France, ceci-dit, la traductrice a trouvé que c’était un peu too much, tout ça. Elle a donc pris quelques libertés avec les histoires, édulcorant celle-ci, supprimant celle-là… Astrid Lindgren, qui lisait très bien le français, s’en est indignée, les suédois aussi, ça a même fini par devenir presque un incident diplomatique entre la France et la Suède… jusqu’en 1995 où (enfin), une nouvelle traduction est sortie, avec toutes les histoires et fidèle à l’original.

J’ai découvert tout ça dans un MOOC sur la littérature jeunesse (comme quoi, l’affaire Fifi a une vraie importance historique) avant de filer vérifier, horrifiée, la version que nous avions à la maison… ouf ! C’est bien la bonne traduction. Est-ce pour ça que mes loulous l’ont tellement aimée ?

Alors évidemment, là, depuis chez vous découvrir Fifi, c’est plus compliqué… mais tout n’est pas perdu !

Vous pouvez découvrir les premières histoires de Fifi sur le site de son éditeur, ici. On peut même l’acheter en numérique là (il y a moins de pages à feuilleter, c’est pour ça que je vous mets le lien vers une ancienne édition pour le feuilletage).

Et sur France Culture, vous pouvez écouter deux histoires dans leur adaptation radiophonique (je vous l’avais dit, Fifi est une star !).

Après, si vous parlez suédois, vous pouvez écouter Astrid Lindgren lire une des histoires de Fifi, sur le site officiel (d’où la question angoissée de mon fils tout à l’heure : « l’émission de radio sur Fifi, elle est en quelle langue ? » – je n’épargne rien à mes enfants !).

Et après tout ça…

… aller voir ce merveilleux ballet sur Arte ! Si si, vraiment, ça vaut le coup !

2 Comments

  1. Marie

    Donc à peu près 3 générations, quatrième maintenant qui lisent Fifi Brindacier ! Ça commence à faire !
    Nous datons un peu, puisqu’ici nous n’avons que la vieille version, la version expurgée. 😉
    Merci pour les liens ! C’est super gentil ! En ce moment, on en redemande. :-))
    Notre bibliothèque de région met en ligne des liens quotidiens pour tous. Un rendez-vous bien agréable.

    Même si c’est le temps du confinement, Belles fêtes de Pâques !

    • anne(tte)

      Un grand merci à toi ! Ici, nous avons pu bien fêter Pâques, autrement mais finalement, on se recentre sur l’essentiel en ce moment et ça a aussi ses côtés positifs… on se dit qu’il ne faudra pas oublier tout ça quand la vie « reviendra à la normale ».
      J’ai quelques autres liens de côté, j’hésitais à faire une page dédiée mais ton commentaire de donne très envie de le faire !
      Plein de bises. 🙂
      PS : tu te rends compte ? ça veut dire qu’il y a au moins 7 ou 8 histoires de Fifi que vous n’avez jamais lues ! Des sortes d’histoires inédites, en fait. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.