Miserere – Jean-Christophe Grangé (en version audio)

#challengeaudibleoctobre #polarthrillerhorreur

C’est un roman qui commence quelques jours avant Noël. Mais rien à voir avec les contes de Noël. Ici, on est dans une histoire noire (très noire). Un monde où les églises sont les lieux des pires crimes et où l’enfance est tout sauf innocente…

Miserere est ma première rencontre avec Jean-Christophe Grangé. Bien sûr, j’ai entendu parler des Rivières Pourpres, je sais que c’est une référence en matière de thriller, un incontournable du genre. Et cela fait très (très) longtemps que j’avais l’intention de lire un de ses livres. C’est le Challenge Audible d’octobre qui a été le déclic pour me replonger dans ma « Pile (de livres) à écouter » pour enfin me lancer.

(rendez-vous compte : je l’avais depuis… septembre 2009 ! pour le coup, il pouvait valider la catégorie #dansmaPALdepuistroplongtemps)

Au début, j’avoue, j’ai eu du mal. Est-ce que c’était l’interprétation ? Peut-être que la manière de faire des livres audios a évolué depuis dix ans ? En fait, non. C’était plutôt cette ambiance si noire, où on rencontre les pires dérives de la nature humaine…

Il m’a fallu du temps aussi pour m’attacher aux deux enquêteurs. Tous deux portants leurs secrets, cabossés par la vie… mais au final des personnages complexes, humains, et oui : attachants.

Une fois rentrée dedans, ceci-dit, je n’ai plus pu le lâcher (enfin si, parce qu’un livre audio, ça prend toujours plus de temps qu’un livre lu version papier, on ne dévore pas les 17h27 d’écoute en une nuit… et avec un thriller, ce suspens est parfois franchement intolérable ! mais comme mieux vaut éviter d’écouter un livre audio comme Miserere avec des petites oreilles qui trainent… j’ai dû prendre mon mal en patience…)

L’intrigue est prodigieusement construite, à tiroirs, avec des fausses pistes qui n’en sont pas, des revirements qui vous entraînent où vous ne l’attendiez pas. Avec le Miserere d’Allegri en fil conducteur. Pas un prétexte : le morceau (texte et musique) est vraiment au cœur de l’intrigue (j’imagine tout à fait l’auteur en pleine écoute, en train de construire son histoire…). D’une manière véritablement brillante.

D’ailleurs, je ne vous la raconterai pas, pour vous laisser le plaisir de vous embarquer dans la lecture comme je l’ai fait, en ne connaissant rien sauf le titre, le morceau d’Allegri et l’image de la couverture…

L’interprétation du livre audio est vraiment intelligente. J’admire l’éditeur d’avoir su trouver une ambiance « musicale » à la fois simple et terriblement juste, sans jamais utiliser le Miserere lui-même… De ce point de vue, le savoir faire d’Audiolib était déjà là il y a dix ans !

Seule frustration : l’absence du morceau lui-même… Je l’avais relativement en tête mais le lecteur a forcément envie de s’y replonger… Je vous l’ai cherché… pas si facile à trouver, en fait (en libre de droits, en tout cas). J’ai fini par tomber sur une émission de France Musique tout à fait passionnante, qui m’a permis de (re)découvrir ce morceau que je croyais connaître et son incroyable histoire que je ne soupçonnais pas.

Finalement, c’est tout aussi bien que je n’ai pas trouvé l’enregistrement ! (mais vous le trouverez facilement, vous, en allant sur une plate-forme d’écoute) Et c’est donc l’émission que je vous mets en bonus. 😉

Et là, je n’ai plus qu’à enchaîner sur le roman le plus sucré et noëllesque que je puisse trouver.🎅

Et pour écouter un extrait du livre lui-même (indispensable pour savoir s’il va vous plaire ou pas), c’est ici.

2 Comments

  1. Marie

    Si Miserere n’est pas un livre pour moi, même si tu sais si bien donner envie de s’y plonger 😉, le bonus, en revanche, impossible de résister ! 🥰

    • anne(tte)

      Tu sais, si noir, ce n’était pas forcément mon genre non plus. Là, je me suis plongée dans le Cupcake Café pour équilibrer… douceur, sucre et esprit de Noël, ça me semble parfait. 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.